Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/03/2008

Lettres de 1916-1917-1918

Instruction de la Classe 17 au 165ème Régiment

Bellac (Haute Vienne)

Camp de la Courtine (Creuse)

Caporal Fourrier au 86ème Régiment d’Infanterie

Bellac (Haute Vienne) Mars1916

2b31bc15854f1284e008e074fa7c1f77.jpg

Souvenirs de mes bleuets
Après la construction des tranchées
faites à Bellac en Mars 1916.
Affectueux baisers.





Camp de la Courtine le 8 Juin 1916

Ma chère Maman.

Je suis surpris de ne pas avoir reçu un petit mot de toi depuis ton arrivée à Chamalières. Peut-être étais-tu fâchée après moi ! Enfin, j’espère que mon petit mot te trouvera en bonne santé. Tu as repris tes anciennes habitudes et le soleil de l’Auvergne doit te sembler meilleur que celui qui venait au 6ème du 7 rue Rameau. J’ai pensé te faire plaisir en demandant une permission de 48 heures pour Chamalières, elle m’est accordée et s’il n’y a pas contre ordre, je serai à la gare de Clermont le soir vers 11 heures. Inutile de venir me chercher, ne te dérange pas. Je pense que tu as trouvé Grand-mère et la Tante en bonne santé. Suis pas mal au camp, grand air et vie de campagne, ce qui me plait beaucoup, nous bardons plus qu’à Bellac , mais il le faut et chacun y met du sien pour arriver plus longuement. Je t’embrasse de tout mon cœur ainsi que Grand-mère et la Tante.
Si tu as l’occasion de voir Gaston, ne lui dis pas qu’il vienne au devant de moi, il faut qu’il se repose. Embrasse le Tonton et le Tante Antoinette si tu les vois.
Ton fils qui t’aime.


La Courtine le 28 Juin 1916

Ma Chère Maman.
Je te remercie beaucoup de tes bons souhaits pour ma fête, ce que je désire le plus, c’est que bientôt nous nous trouvions tous réunis en bonne santé après le Paix. Si Maurice venait et que je sois prévenu, je ferai l’impossible pour me trouver Dimanche avec lui, je vais lui écrire pour qu’il me prévienne assez à temps. Si Mr et Me Acquart venaient, cela te ferait une petite distraction de temps en temps.
J’espère que ta santé est bonne ainsi que celles de Grand-mère et de la Tante.
Depuis 4 ou 5 jours, j’ai la dysenterie et j’ai dû m’arrêter complètement depuis deux jours, j’allais au sang et mon coté me faisait mal, aujourd’hui je vais un peu mieux et j’espère que d’ici quelques jours il n’y paraîtra plus. N’empêche que je ne suis pas bien brillant. J’ai eu de bonnes nouvelles de Papa et de mes frangins . Nous avons en ce moment de la pluie presque continuellement.
Tu m’excuseras ma petite mère si je ne t’ai pas répondu plus vite, mais j’étais tellement fatigué ces temps ci que je me couchais sans manger.
Embrasse bien Grand-mère et la Tante pour moi et garde pour toi mes plus affectueux baisers.
Ton Jean qui t’aime.

e5f1955e5c0161789272d8feb8f9b5fa.jpg

Le 7 août 1916

Chers Parents.

La carte de Papa reçue aujourd’hui m’a tiré de l’inquiétude où je me trouvais à votre sujet, plusieurs cartes écrites à Chamalières sont restées sans réponse.
Je pensais que Papa était là-bas puisque j’avais reçu une carte vers le 14 Juillet signée de lui et venant de Clermont, je ne m’explique pas très bien. Merci du contenu de la lettre, cela m’a fait bien plaisir. J’espère que le mieux sensible continuera et que Maman se rétablira complètement d’ici peu. Je suis toujours en bonne santé, j’ai eu par Maurice et Paulette des nouvelles d’Emile, je lui ai écris ces jours-ci. Paulette est étonnée que deux lettres ainsi qu’une de Mr Astier adressées à Papa soient restées sans réponse.
Je souhaite que le beau temps favorise vos promenades avec le Tonton, ici chaleur accablante, tout marche bien, bonne nourriture, bonne vie, je suis à l’instruction d’un groupe d’élèves caporaux, seul gradé avec un lieutenant, de ce fait exempt de garde et de semaine.
L’installation est terminée, je suis très bien avec le confort extra moderne, portatif, démontable, j’ai dressé les rats et ils cirent ou graissent mes brodequins pendant que je roupille. Les garennes foisonnent et le fil de laiton n’est pas rare, nous sommes bons dans ce genre de sport. Enfin, c’est la bonne vie. Le Tonton a-t-il des nouvelles de Louis, Affectueux baisers à tous, sans oublier les habitants de la Comète et Marie-Louise.
Votre fils affectueux.


J. Renoux Caporal au 9ème d’Infanterie 36ème Compagnie secteur 188.

Souvenir du camp Ney
Mars 1917
Affectueux baisers
4e5641d3368c8b18557a94bf1af04628.jpg